Overblog Suivre ce blog
Editer la page Administration Créer mon blog
/ / /

Mes chers ami, ies, et amis, is,

En ce 4 eme dimanche après l’Ascension, du mont de Venus, nous sommes réunis dans ce lieu mythique de St Gilles Croix de vie, pour fêter le 60 eme anniversaire du petit Maurice Cosset. Car en effet Maurice lorsqu’il est né, le 17 septembre 1948 était petit, c’est pour cela qu’on l’appela le petit Maurice. Nous sommes donc tous réunis pour fêter dignement cet anniversaire et par conséquent fêter le Petit Maurice Cosset, plus connu sous le roi de la cuisse, Maurizzio le roi du pipo, ou encore Mauricio el bango de la sierra de la vegas, ce qui veut dire «  Petite bite «  en mexicain du sud »

Maurice, fête en ce jour, avec ses amis, son passage dans la famille des vieux cons, qui d’habitude n’est qu’a partir de 70 ans, mais comme il a toujours été très précoce, il a comme qui dirait sautée une classe, et il n’y a pas qu’une classe qu’il a sautée, si vous voyez ce que je veux dire !!

Voilà donc maintenant 60 ans que Maurizzio, on peut le dire aujourd’hui, je ne trouve pas le mot, voilà donc 60 ans que Maurice, nous fait. , nous fait .. nous fait …chier ! Eh oui et oui et c’est pas moi qu’il l ai dit.

Petit retour en arrière : Maurice est le fruit de l’amour entre Gaston et Hélène, en effet Gaston ingénieur à Grenoble et Hélène, hôtesse de l’air se rencontrèrent en 1947. Gaston était souvent en déplacement, vous pensez bien un ingénieur à Grenoble ça bouge. Pour un congrès de tous les ingénieurs à Grenoble, à Pithiviers, il prit donc un avion à Fontenay le conte, un Messerschmitt M32, modifié 34 de la compagnie Air Wick, ou Hélène effectuait un remplacement. En montant dans l’avion, leurs regards se croisèrent et pour Gaston se fut le coup de foudre : il se dit, comme s’était un chaud lapin, il se dit, il faut que je me fasse l’hôtesse. Le vol ne durant que 9 minutes, il fallait faire vite, de plus comme il n’y avait que 4 places assises et 2 strapontins dans se foutu MEESSERSMITT 32, modifié 34, il fallait faire cela sur l’aile de queue arrière, pas beaucoup de place et pas très confortable, de plus  il y avait beaucoup de vent. C’est donc là, au miracle des trous d’air que fut conçu le petit Maurice. Vous comprenez maintenant pourquoi, concevoir dans ses conditions, ne peut donner un résultat impeccable.

Maurice est comme qui dirait un prototype, mais comme tous les prototypes, il n’est pas fini, il lui manque des pièces, tient les cheveux par exemple, comment voulez vous avoir des cheveux sur une aile d’avion…. Malgré tout cela l’enfance du petit Maurice fut brillante : Certificat d’étude à 18 ans, bac à 27 et DUT à 33 ans. Rien a redire. Sa vie professionnelle fut également bien remplie, après un bon coup de piston, MHAL, il commença comme baffman au cirque Bouglione. Tout se passa bien, jusqu’au jour ou un éléphant s’assit, malencontreusement sur son baffle, il sen tirera de justesse : 2 cotes fêlées et 4 jambes cassées, ou le contraire, le pauvre il en fit une jaunisse. Ce n’est que quelques années plus tard qu’il attrapa la grattouile, sorte de démangeaison annale qui ne se soigne uniquement avec des cataplasmes de miel d’abeille fine fleurs, sorte de gelée royale que l’on se tartine les jours de pleine lune. Il arrêta son métier de baffman chez Bouglione, à cause de ses problèmes de poumon, il manquait d’air : Air wick, Air wick : encore une fois sa conception ratée sur l’aile d’avion revenait à lui. Il participa ensuite à plusieurs projets ambitieux tels que le developpement en orbite du Picnometre, la culture intensive du trèfle à 4 feuilles, et le ramassage des feuilles mortes au printemps dans le désert saharien. Ce n’est que  beaucoup plus tard qu’il entra à Gaz de France. Il fut Nez ( N E Z ) à GDF. Son job consistait a étalonner, sur une échelle dite :  Echelle Sensorielle de Nezgritude, la valeur sensitive de chaque gaz afin d’affiner l’offre commerciale, au pré de ses grands clients. C’est pour cela, pour s’entraîner, qu il a passé des heures entières dans ses cabinets a sentir ses pets, en ayant au préalable mangé différents plats : choucroute, choux-fleurs, choux de Bruxelles et autres salsifis. D’où l’expression communément appelée «  ça sent le gaz  » C.S.G.

Sa vie amoureuse fut aussi plate que l’encéphalogramme de la grenouille du Boutquistan. Il envisagea même de rentrer dans les ordres, mais il fut recalé à l’examen d’entré. Effectivement se présenter à l’oral, en string avec des talons aiguilles et une plume dans le cul, ça fait désordre et quand ça fait désordre on ne rentre dans les ordres. C.Q.F.D. Sa vie sentimentale était au bord du gouffre, jusqu’au jour ou il rencontra une infirmière nommée Marie Paule, lors d’une de ses nombreuses cures de dexintoxication. Elle aussi, il faut le dire n’était pas brillante, elle sortait d’une grosse déception et se jetait sur tout ce qui bouge, et ce qui bougea à ce moment là se fut Maurice. S’aurait pu être Alain, ou moi-même, mais non , hélas pour elle se fut Maurice. Comme on dit faute de grive on mange de la saucisse, et elle en mangeât de la saucisse. Je voudrais préciser à ce moment précis de cette histoire que cette expression n’est pas grivoise, mais en Vendéen cela veut seulement dire : quand on mange de la saucisse, les mogettes ne sont pas loin….. Comprendra qui veut …

Comme chez Ducros, Marie Paule se décarcassa pour rentre le petit Maurice le plus heureux des hommes et ça marcha, puisque 40 ans plus tard la magie dure encore, et nous en sommes tous témoin. Bon c ‘est vrai que maintenant c’est moins facile, le pauvre Maurice est un peu cassé de partout : le bras, le dos et la tête et la tête cacahouète, cacahouète, ……mais je m’égare.

Voilà, voilà donc résumé en quelques phrases, la vie tumultueuse, intrépide, rocambolesque de notre ami, le petit Maurice. Oh bien sur il y a eut d’autres évènements qui sont venus animer son existence, je vous les raconterais une autre fois, peut être pour ses 80 ans, mais pour aujourd’hui c’est fini et en attendant, je souhaite un très très joyeux anniversaire, à notre  ami Maurice.

 

 

 

 

                                                        Pollux le 24 août 2008

Partager cette page

Repost 0